Mar 10

MEDIA EMPATHY? WHAT MEDIA EMPATHY?

 

MEDIA EMPATHY? WHAT MEDIA EMPATHY?

By CAMERON DUODU*

*Author of The Gab Boys (Andre Deutsch, London.)
The first international story that aroused empathy in me as a young Ghanaian journalist was the Soviet invasion of Hungary in November 1956. I empathised with the weak Hungarians who were being battered by the strong “Russian bear”. However, the BBC’s condemnation of the Soviet Union did not wash with me, as Britain and France had also colluded, almost at the same time,  with Israel to invade Suez – the territory of ”weak” Egypt.
It was the conjunction of these two events that opened my eyes to the hypocrisy inherent in Great Power politics. The Western Powers talked incessantly about ‘democracy’, and ‘international law’, yet they used military power to crush any show of political independence, if it threatened their economic interests. Colonel Gamal Abdul Nasser’s nationalisation of the Suez Canal in Egypt had presented Britain and France with an economic challenge, and so they threw overboard, any concerns over international law they might have had, and conspired with Israel to try and take over the Suez Canal.
Their hope was that Col. Nasser’s regime would fall in the wake of their invasion. Unfortunately for them, the US, for once, refused to allow its Israeli tail to wag the dog. Neither did the US support the imperialist objectives of Britain and France. So Britain and France were forced to withdraw from Suez.
Meanwhile, their stupidity gave the Soviet Union the room it needed to occupy Hungary, without attracting as much odium to itself as it would otherwise have done, in the international arena.
Ever since, I have been careful not to swallow propaganda. Most pf what passes for objective comment in the Western media, I find, is constructed out of hypocrisy. During the Biafran civil war, for instance (1967-70) many Western newspapers gave a great deal of publicity to Biafran children who were starving as a result of the blockade of Biafra (formerly, Eastern Nigeria) by the Federal Nigerian forces.
But although the British government was supposed to be responsive to “public opinion” in the UK, it continued to supply arms to the Federal Government that was starving the people of Biafra.
I was myself writing at the time for one of the more “liberal” UK newspapers, The Observer, a paper I venerated because Amnesty International (an organisation devoted to the cause of political prisoners world-wide) had been born in its pages, and it supported the people of Nyasaland (Malawi) when the British Government and the government of the Federation of Rhodesia and Nyasaland conspired to smear the leaders of the Malawi Congress Party, by falsely accusing them of a plot to engage in the massacre of its political opponents.
Yet when it came to Biafra, The Observer towed the British Government’s line! I was so outraged by some of the things written about Biafra in the paper by its then African correspondent, Colin Legum, that I wrote to the editor, David Astor, strongly protesting against Legum’s line. I ended the letter with words which were often quoted with delight by colleagues on the paper who had appreciated my stance but had been  too cautious to endorse it in public: “Fuck Colin Legum!”
In fact, I thought my days with The Observer had ended with that impolite letter, but they didn’t. It was hinted to me that David Astor had himself  been impressed by it, although it didn’t stop the paper continuing to espouse the British Government’s line.
What I learnt from episodes like that was that no media practitioner’s principles should be taken for granted. To believe that papers like The Observer or the Guardian are as ‘liberal’ as they claim to be, and will therefore support humanitarian causes, if such causes are transparent enough, is to set oneself up for disappointment.
What is my evidence? This: throughout the end of February and the early part of Match 2014, Al-Jazeera TV showed footage , shot by its crew in the Central African Republic (CAR) that constantly brought tears to my eyes. In one instance, I saw a woman with a baby on her back, and holding another child by the hand, try to get
into an overloaded lorry that was taking refugees from the CAR to safety in a neighbouring country.
As the refugees were trying to board the truck, people on the ground, who were hostile to them on account of their alleged religious beliefs, were trying to pull them back so that they could beat them and possibly hack them to death. It was the most harrowing scene I had ever watched on TV.
The woman with the baby on her back managed to get on board  the truck and stay on. But her other child, a boy of about four, was left on the ground. The truck took off with the woman wailing and flailing her arms about. What would happen to her little boy?
The boy was already emaciated, because of the difficulties the family had already been through before they managed to get to the truck. When the truck left without him, he began to wander about aimlessly, traumatised and crying. I knew instinctively that he might not survive.
Tears began to roll down my cheeks. I could see myself in that boy, when my mother had taken me, as a child, by train from Asiakwa, our town in Ghana, to a place called Nkawkaw forty miles away. I’d been frightened by the train, even with my mother constantly by my side. Suppose I had been separated from her?
My empathy with the little boy’s horrendous fate
made me put on my thinking cap. And a possible way of saving lives in the CAR came to me. This was a religious conflict,  that was taking place there. Between just two religions – Catholics and Muslims. So it wasn’t as complex as some of the ethnic conflicts that cost so many lives elsewhere  in Africa.
Now, suppose the Pope (held in awe by the Catholics of the CAR) and the King of Saudi Arabia (equally venerable to the Muslims of the country) were to embark on a joint-initiative to try and stop the internecine fighting and thereby save the lives of the people caught in the conflict?
The Pope could say that any Catholic who molested a Muslim would be excommunicated from the Catholic Church. If, after his appeal, the fighting still continued, the entire Catholic population of the CAR would be ex-communicated.
On his part, the King of Saudi Arabia would say that no person from the CAR would be allowed to perform the hajj (holy Islamic pilgrimage) ever again unless the fighting stopped immediately. The French, UN and AU troops in the CAR would then not be needed any longer.
I dispatched my idea to the Vatican. One week passed. Neither The Holy Father nor any of his officials acknowledged receipt of it.
I sent a copy to the King of Saudi Arabia, care of the Saudi Minister of Foreign Affairs, through the Saudi Embassy in London. Again, no response.
I then sent the proposal to the editor of the Guardian, Mr Alan Rusbridger, whom I respect greatly, because of his fearless campaign against the wholesale eavesdropping being carried out by the US NSA and the GCHQ of Britain. I implored him to take up the idea in an editorial in the Guardian.
Meanwhile, I also sent the article to every member of the Guardian Comment team, whose name I could remember. So far, no response from anyone!
I am not easily discouraged, so I sent a copy of the proposal to every BBC News programme I know of, as well as to every BBC news-staffer whose name I could recollect. I made myself available to be interviewed to elucidate the idea. But although I am often called by them to comment on news they want me to comment on, I have not received a single response from any of them.
I then called Al-Jazeera English in Doha. They’ve often called me at odd hours to go to their studios in Knightsbridge, London, to comment on news. But when I called them, the woman who received the call said she was “too busy” to listen to what I had to say. I was so peeved that I put the receiver down. I then called the London office. They said they would call me back. They haven’t done so.
What I have concluded from all this is that most of the modern, so-called journalists employed by the powerful world media, have very little – if any – actual empathy for the world they report on. The world is just a commodity to be used by them to earn a comfortable living. And unless they decide that part of the commodity would be good for them to own, then they are not interested. A mere ”outsider” to try to arouse empathy in them? Forget it.
My attitude to the “inky fraternity” has thus changed radically. I am pursuing my objective of saving lives in CAR by other means. And I shall not rest until I have done everything possible. For I believe strongly that journalists should, when necessary, use their skills to serve humankind.

NOW PLEASE READ:……..

 les milices et [tous les] groupes armés qui terrorisent les populations » marque le lancement de l’opération « Sangaris ». L’intervention française sera « rapide » et « efficace », précise le président. Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, s’exprimant le 17 décembre 2013 à l’Assemblée nationale, affirme : « Nous n’avons pas l’intention de dépasser ce nombre [de 1 600]. » Quelques semaines plus tard, l’effectif est pourtant porté à deux mille hommes… Bangui-la-Coquette devenue Bangui-la-Roquette Fini le temps où deux cents légionnaires déployés en ville, trois coups de feu tirés en l’air et le passage rugissant d’une paire de Mirage suffisaient à rétablir l’ordre. Bangui-la-Coquette, où dans les années 1970 un ministre de la coopération allait à la chasse aux papillons escorté par des motards, est devenue Bangui-la-Roquette. Ironie de l’histoire, les troupes africaines les plus aguerries qui se battent en Centrafrique aux côtés des Français sont rwandaises. Ces soldats, environ six cents hommes, sont les « meilleurs ennemis » de l’armée française sur le continent depuis le génocide qui a frappé leur pays en 1994. A peine arrivés en Centrafrique, ils ont commencé par éliminer les Hutu génocidaires qui s’y étaient réfugiés. Sous le nez des Français, qui n’ont rien osé dire… Sur le terrain, les relations entre les deux armées sont plutôt fraîches, comme en témoigne l’épisode du 14 juillet 2014. Lorsque la présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, se rend à la réception donnée à l’ambassade de France pour célébrer la fête nationale, elle est accompagnée de sa garde rapprochée, composée… de soldats rwandais. Non seulement ces derniers n’auront pas droit aux petits fours, mais ils ne seront même pas autorisés à fouler la pelouse de la résidence et seront priés de partir. Avant de quitter la réception, la présidente demandera à l’ambassadeur : « Comment je fais, moi, puisque je n’ai plus de protection, pour retourner à ma résidence ? » Elle regagnera ses pénates dans un VAB (véhicule de l’avant blindé) de l’armée française… Des soldats français de l’opération “Sangaris”, à Bangui, en février 2014. Force de réaction rapide de la Mission des Nations unies en République centrafricaine (Minusca), qui compte douze mille hommes, l’armée française a maintenu mille cinq cents hommes jusqu’à l’été 2015, puis neuf cents jusqu’à l’élection présidentielle de décembre 2015. En vertu du système de rotation, près de onze mille hommes se sont succédé au sein de « Sangaris ». Quel est le moral des troupes ? Il est au plus bas. La situation est celle d’une guerre civile, avec des combats qui se déroulent souvent en forêt dense humide ou en zone de savane. Rien à voir avec l’opération « Serval » au Mali, où il s’agissait de rechercher des ennemis bien ciblés dans les sables du désert. Le député Olivier Audibert-Troin (UMP), après s’être rendu sur place, en a témoigné en des termes sévères, le 9 juillet 2014, devant ses collègues de l’Assemblée nationale : « Les hommes que nous avons rencontrés au retour de quatre mois d’opérations en Centrafrique reviennent épuisés, physiquement et moralement. Ils travaillent sept jours sur sept, sans un seul après-midi de repos. Aussi, 12 % d’entre eux présentent des déséquilibres psychologiques se traduisant par un contact altéré avec la réalité, contre 8 % pour l’opération “Pamir” [en Afghanistan]. » La Centrafrique, plus traumatisante que l’Afghanistan ! Facteur aggravant : comme il s’agit d’une ancienne colonie, aucun sas post-traumatique n’a été, dans un premier temps, mis en place pour les soldats qui quittaient le théâtre d’opérations, contrairement à ceux qui rentraient d’Afghanistan, pris en charge dans un hôpital à Chypre. Lire aussi : Que revive la France-Afrique ! Dans les cénacles militaires, le « débriefing » est tout aussi alarmant. Rendant compte d’un séminaire sur « les leçons à tirer de “Sangaris” », auquel ont participé sept officiers engagés dans cette opération, la chercheuse Aline Lebœuf évoque les médecins et logisticiens qui « ont dû réapprendre à tirer », les hélicoptères « utilisés au-delà de leur capacité normale », les alliés de l’armée française « qui ne respectent pas forcément la vie des civils », l’incompréhension des soldats français qui, tandis qu’ils affrontent les combattants de l’ex-Séléka, voient leurs généraux négocier avec les leaders de ce mouvement de rébellion. Le succès – ponctuel – de « Serval » au Mali a totalement masqué les ratés de « Sangaris ». Pendant des semaines, François Hollande et son ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, ont tout essayé pour mobiliser leurs partenaires européens sur le dossier centrafricain. En vain. (…) Les partenaires européens de Paris ne veulent tout simplement pas entendre parler de la République centrafricaine, comme si ce pays se trouvait sur une autre planète… (…) Aux yeux d’Yves Fromion, député Les Républicains du Cher, l’absence de participation des partenaires européens « est un échec diplomatique pour la France ». Le constat est brutal, mais il est pour l’heure sans appel. Plus grave : on ne voit pas la moindre perspective d’un changement en la matière. « Les Français y sont allés, qu’ils s’en débrouillent » : telle est la pensée profonde des autres Européens, analyse-t-il, chiffres à l’appui. Ainsi, l’Union européenne a dépensé 840 millions d’euros pour lutter contre les Chabab en Somalie à l’initiative de la Grande-Bretagne, contre seulement 75 millions pour la guerre au Mali à l’initiative de la France. « N’ayons aucune pudeur à le dire : quand des Français ont versé leur sang pour préserver un pays d’une guerre civile, voire du djihadisme international, il y a quelque chose de troublant à voir qu’in fine on travaille pour le “roi de Prusse” », conclut le député. Lire aussi : Centrafrique : nouvelles allégations d’abus sexuels sur des mineurs par des soldats étrangers François Hollande semble l’avoir entendu. Pour achever sa success story au Mali, le président français a beaucoup insisté, lors de la visite d’Etat à Paris du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, les 21 et 22 octobre 2015, sur les avantages économiques que les entreprises françaises retireront des 360 millions d’euros d’aide supplémentaire annoncés (construction des camps de la Minusma par le groupe Razel et fourniture d’hélicoptères français aux troupes tanzaniennes). En Centrafrique, en revanche, aucune retombée économique à attendre. La France aura finalement fourni une grande partie des moyens logistiques indispensables, et sa participation représentera 42 % des effectifs militaires (soit 326 personnels) pour un coût de 36 millions d’euros sur neuf mois (soit 50 millions d’euros en année pleine). Selon le schéma initial, la contribution française à la mission européenne ne devait représenter que 29 % des effectifs (soit 290 personnels) pour un coût de 17 millions d’euros sur neuf mois. Et la France va subir encore d’autres humiliations pour reconstituer des forces armées centrafricaines. Le 19 février 2015, c’est le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui est sorti de ses gonds. Lors d’un Conseil européen à Riga, il a échoué à convaincre ses pairs d’envoyer soixante instructeurs à Bangui dans le cadre de l’opération Eufor RCA. En marge de cette réunion, il a confié à un petit groupe de journalistes : « Il faut mobiliser soixante experts militaires non pas pour une mission de combat, mais pour une mission de conseil-formation. Et nous avons du mal à les réunir. (…) Sur les soixante experts, la France [en] met déjà vingt… Voyez l’acuité du sujet ! (…) On imagine les risques qu’aurait une RCA qui n’aurait pas d’armée structurée, près du nord du Cameroun, où existe Boko Haram. » La France, bien seule en Afrique Le 15 mars 2015, l’Eufor RCA de reconstruction de l’armée centrafricaine, aussi stratégique que nécessaire, a été transformée en une Eumam RCA, c’est-à-dire une simple mission européenne de conseil en République centrafricaine… Alors, pourquoi l’armée française reste-t-elle en solo en Afrique quand son « chef », François Hollande, justifie ses interventions dans le Sahel par la protection de l’ensemble des pays européens ? Tout juste installé dans le nouveau bunker du ministère de la défense, le « Pentagone à la française », à Balard, le général Didier Castres, sous-chef des opérations à l’état-major, reconnaît que la France est bien seule en Afrique. Son explication ? Les autres Européens sont « fatigués des guerres du Moyen-Orient », et « les intérêts nationaux priment » en période de crise financière. Il ajoute en baissant le ton, sans doute parce que cette raison est moins avouable : « Les militaires français interviennent dans des conditions de rusticité », avec de vieux matériels que refusent les autres armées. Or les normes de sécurité pour les troupes de l’OTAN exigent deux « protecteurs » pour un instructeur en zone de guerre. Lire aussi : L’impasse du contre-terrorisme au Sahel Les sénateurs Jean-Marie Bockel et Jeanny Lorgeoux formulent une autre hypothèse : « Les réticences des Allemands, voire des Anglais, à exercer un rôle actif dans la sécurité régionale africaine ont des raisons historiques, mais tiennent également au comportement de la France. A titre d’illustration, lors de l’opération au Tchad en février 2008, l’intervention des soldats de l’opération “Epervier” au profit du président Idriss Déby a donné aux partenaires européens de la France l’impression d’être instrumentalisés par Paris pour maintenir au pouvoir l’un de ses alliés africains. Certains des Etats du programme de l’Union européenne ont alors envisagé le retrait de leurs soldats déjà déployés. Quant à l’Allemagne et au Royaume-Uni, l’intervention française les a confortés a posteriori dans leur décision de ne pas envoyer de troupes pour l’opération européenne. » Des soldats français patrouillent à Tombouctou, au Mali, le 6 juin 2015. L’heure du mea-culpa aurait-elle sonné ? Halte à l’african bashing ! Faute d’une européanisation de sa présence militaire en Afrique, la France va-t-elle réussir sa stratégie d’africanisation de la sécurité du continent ? C’est une très vieille histoire qui a du mal à se concrétiser. Lors du sommet franco-africain de Biarritz, en novembre 1994, un autre François, Mitterrand de son nom, avait tenté de mobiliser à huis clos ses pairs africains autour de la création d’une Force d’action rapide interafricaine (FARI) de mille cinq cents hommes. Celle-ci aurait eu pour ambition d’intervenir en urgence dans les conflits africains avant l’arrivée de l’artillerie lourde des Nations unies. Pour éviter que la FARI ne ressemble trop à un remake des « tirailleurs sénégalais » branchés sur l’état-major français, Paris avait tenté de ne pas en être le seul partenaire occidental… mais n’avait pas reçu plus d’écho de l’Occident que des puissances du continent, comme l’Afrique du Sud. Lire aussi : L’armée de l’air française est « aux limites de ses possibilités »,

selon son chef Par la suite, la France a donc repris son train-train avec ses partenaires francophones traditionnels au sein des écoles nationales à vocation régionale (ENVR) qu’elle a créées dans ses anciennes colonies dans les années 1990. Mais ces écoles, destinées à formerdes officiers et sous-officiers, ne comptent plus que quarante-cinq coopérants militaires français pour deux mille quatre cents stagiaires. Elles ne sont plus à la mesure de l’enjeu sécuritaire qui se joue sur le continent et accueillent finalement moins de soldats africains que les écoles de France. « Je m’interroge sur notre capacité à aider les pays africains à construire leurs armées, déclare le député socialiste Gwenegan Bui. Laissons-nous assez de place aux Africains dans nos écoles militaires ? Je suis allé au Congo avec Philippe Baumel [député de Saône-et-Loire] et on nous a demandé si on pouvait faire passer de un à deux le nombre d’officiers de ce pays qui pouvaient être accueillis à l’Ecole de guerre : cela n’a pas été possible ! » Lire aussi : Comment l’Etat islamique est parti à l’assaut de l’Afrique Lancé en 1996-1997 à l’initiative de la France, le programme Renforcement des capacités africaines de maintien de la paix (Recamp), qui inclut des cycles de formation et d’entraînement à tous les niveaux (stratégique, tactique et opérationnel), s’effiloche également en s’européanisant. Cela n’empêche pas la livraison de matériels flambant neufs, mais ils restent bien à l’abri en ville tandis que les militaires français sillonnent le désert dans leurs vieux véhicules. Les rapporteurs d’une mission d’information sur le dispositif militaire français en Afrique ont été « surpris de voir, sur les parcs de stationnement des éléments français au Sénégal, un nombre conséquent de 4×4 Land Rover entretenus en parfait état positionnés au titre du dispositif Recamp alors que tous les véhicules terrestres [qu’ils] ont pu voir lors de leurs déplacements auprès des forces “Serval” au Mali et “Sangaris” en Centrafrique paraissaient loin d’être en aussi bon état ». « African bashing » La stratégie des bataillons africains en attente est pourtant vigoureusement défendue à l’état-major, à Paris. « Je ne supporte plus cet african bashing », s’agace le général Didier Castres. Avant d’être nommé sous-chef des opérations à l’état-major, il a été le « Monsieur Afrique » de l’état-major particulier du président de la République. A ce titre, il était collègue et ami avec le général Bruno Clément-Bollée, alors à la manœuvre pour former et équiper la Force africaine en attente de l’Union africaine. Celle-ci est constituée de cinq brigades régionales avec un dispositif intermédiaire d’urgence : la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises (Caric). Pour Castres, « les effectifs africains de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) se sont bien déployés sans les Blancs et avec pas beaucoup de moyens ». Après un temps de réflexion, il poursuit, songeant à l’évidence à tous les soldats africains négligés par une hiérarchie parfois corrompue et ignorés par leurs dirigeants politiques : « Faut-il déjà savoir pour qui on se bat et pour qui on meurt… » Lire aussi : L’impasse du contre-terrorisme au Sahel L’heure du bilan de plus de cinquante années de coopération militaire française post-indépendances a-t-elle sonné ? Le sujet est tabou. Réfugions-nous derrière le père Fouettard incontesté : la Cour des comptes. En 2009, pour la première fois, elle a procédé à une enquête sur la coopération de défense « structurelle » conduite et financée par le ministère des affaires étrangères et européennes. Elle y relève un « pilotage insuffisant de la coopération militaire », celle-ci se révélant « très ambitieuse par rapport aux moyens mis en œuvre ». Plus sévère encore, elle note : « L’absence de toute analyse quantitative de l’impact relatif de l’aide militaire sur les Etats qui en bénéficient jointe au contact de la très grande disparité de l’effort ne permettent pas d’éclairer les responsables sur l’efficacité intrinsèque de l’aide fournie. » Surtout, « la réalité de la logique de substitution régulièrement proclamée depuis 1998 apparaît très incertaine ». Lire aussi : Engagement militaire : la France ne peut pas choisir entre le Sahel et la Syrie Etat des lieux fin 2015 : si l’armée française est toujours au front en Afrique, seule, elle s’est repliée, faute de moyens, sur son pré carré d’Afrique de l’Ouest, jusqu’au Tchad, en Afrique centrale. L’objectif est de couvrir toute la bande sahélo-saharienne pour mener la guerre contre le terrorisme. Au total, environ dix mille hommes sont mobilisés. L’état-major a par ailleurs sauvé une partie de ses effectifs à Djibouti (1 300 soldats). Laissons le mot de la fin à un diplomate chevronné, esprit indépendant doté d’une grande expérience des terrains minés : l’ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire Gildas Le Lidec. Après avoir assisté, impuissant, aux tirs des hélicoptères français sur les ponts d’Abidjan en novembre 2004, il en a tiré la « philosophie » suivante : « Cette expérience de trois ans au bord de la lagune Ebrié me laisse en fait, sur un plan politique général, une impression quelque peu dubitative quant à notre façon de conduire des expéditions militaires en Afrique, puisqu’elles semblent encore de mise. N’a-t-on pas remis en priorité, sous la pression de l’actualité et des effets de la communication, des objectifs avant tout sécuritaires et humanitaires qui viendraient sournoisement supplanter les impératifs du développement ? Je ne veux pas faire ici le procès d’une “France-Afrique” dont je pensais vivre les derniers soubresauts, mais m’inquiéter seulement du mode opératoire et du plan de communication dont nous entourons nos interventions, trop rapidement qualifiées de “victoires” ». Antoine Glaser est l’auteur d’Arrogant comme un Français en Afrique, éditions Fayard, 192 pages, 17 euros.     Le Monde.fr
(
AFRICA EDITION)


  
DOCUMENT
EXCLUSIVE “Arrogant like a Frenchman in Africa”: excerpts from Antoine Glaser’s controversial essay

The specialist of Africa decrypts in his latest book of the consequences of what he calls French “misunderstanding”.

 The Monde.fr The 14.03.2016 at 17:49 • Last updated on 14.03.2016 at 18h00


    PHOTO:
Prime Minister Manuel Valls and Defense Minister Jean-Yves The Drian fly over Gao in northern Mali on February 19, 2016.

 The African Journalist and Writer, Antoine Glaser, Decrypts in his last work at Fayard the consequences of what he calls “ignorance” and “arrogance” [OF THE] French. World Africa publishes exclusive excerpts of the chapter “Arrogant as our military in Africa”.

 

One evening in the summer of 2014, I dine with some friends on the terrace of a Thai restaurant, in a quiet street of the 17th arrondissement of Paris. We are talking about Africa, especially the situation in the Central African Republic. At the next table, a woman in her fifties is sitting in front of a girl. Nibbling cookies, they seem to wait for a third guest. Suddenly, the woman turns to us and explodes: “Sorry to interrupt your conversation, but if I may, we do not tell the truth about the situation of our soldiers in the Central African Republic. Without taking a breath, she continues: “I’m waiting for my son, who is a sniper. After Mali, he has been a few months in the Central African Republic. He has just returned to Paris and will leave again in the coming days for a new mission, this time in Guyana. As I heard that some of you are journalists, my son can tell you what he really experienced in Bangui with his comrades. Here, here [HE] is!

 

Read also: In Africa, France disappoints

 

Legionnaire’s cup, tattoos on his arms and face closed, the boy approaches with suspicion. He looks at us crookedly, whispers something in his mother’s ear and immediately slips away. “Excuse him,” said his mother, embarrassed. He lived very hard situations in the Central African Republic with his friends. One morning they found dead bodies of Muslim children they knew, killed by militiamen. Many of them did not support. They were not prepared for that. In addition, for what they are paid!

 

The case of the Central African Republic perfectly illustrates this attitude of the French army which still believes to know “his” Africa at the fingertips. Mobilized by the operation “Serval” in Mali against the jihadists – an initiative applauded both in Africa and Europe – Francois Hollande did not want to accredit the idea that he was going, as in the “good old days”, fly at rescue of an autocratic regime in distress. He made the mistake of delaying intervening, leaving the situation to fester. On December 12, 2012, Central African President François Bozizé held a rally in front of his supporters. In the Sango language, he calls on “our French and American cousins, who are great powers, to help us push the rebels back to their original positions.” Francois Hollande replied the same day that the French military presence in the Central African Republic is not intended to “protect a regime” against the progression of a rebellion, but to defend the nationals and French interests.
“Arrogant like a Frenchman in Africa”, by Antoine Glaser, Fayard editions, 192 pages, 17 euros.

 

It should be recalled that, as part of the “Boali” operation, France had since October 2002 two hundred and forty soldiers, including at Bangui airport, in support of an African multinational force. In March 2013, François Bozizé was ousted by a group of rebel movements from the north and east, called Seleka (“coalition” in Sango) and predominantly Muslim. These movements were armed in neighboring Sudan and prospered for more than a decade in escheated areas, totally abandoned by the central government.

 

As a precaution, France brings to five hundred its military force in Bangui. She believes that she can control the situation; on the contrary, it escapes him already. Paris underestimates the extreme violence and nuisance capacity of Christian anti-Balaka militias, who attack Muslims in the capital and in the rest of the country. Very quickly, it’s chaos. François Hollande, at the initiative of a summit on peace and security in Africa, held at the Elysee Palace on 6 and 7 December 2013, finally takes the measure of danger.

 

Read also: Threats in the Sahel: let’s open our eyes!

 

The announcement of the deployment “as long as necessary” of one thousand six hundred French soldiers in the Central African Republic to “disarm all

—————————————————————————————-
Share

Permanent link to this article: http://cameronduodu.com/uncategorized/media-empathy-what-media-empathy